Tout savoir sur la liposuccion

liposuccion

En France comme aux Etats-Unis, la liposuccion (appelée aussi lipoaspiration ou liposculpture) séduit beaucoup car elle est une intervention chirurgicale courante qui agit sur les rondeurs disgracieuses que la gymnastique et les régimes ne parviennent pas à effacer. Mise au point en 1977 par le docteur Yves Gérard Illouz, elle a bénéficié de progrès considérables qui ont révolutionné cette chirurgie esthétique du corps des femmes et des hommes. Restant la prestation esthétique la plus pratiquée au monde, voyons ce qu’est exactement la lipoaspiration, en quoi consiste cette opération et quels en sont les suites…

Définition et préparation à la liposuccion

La liposuccion, véritable procédé chirurgical à visée esthétique, consiste à retirer les amas graisseux localisés dans certaines parties du corps (généralement le ventre, les cuisses, les bras, les fesses ou les genoux). La quantité de graisse retirée s’exprime alors en volume (et non pas en poids) car la méthode cherche à corriger les formes et non pas à faire diminuer les kilos.
Bien souvent, 2 litres de graisse sont ainsi aspirés, mais le chirurgien esthétique peut retirer jusqu’à 5 litres de graisse et pratiquer 2 interventions (espacées dans le temps) si nécessaire.

Avant l’intervention, le patient doit avoir une consultation avec un chirurgien esthétique et un anesthésiste pour un bilan pré-opératoire obligatoire.
Après un délai de réflexion de 15 jours, un bilan sanguin est alors effectué et le patient devra prendre un traitement homéopathique anti-bleus (granulés d’arnica) et s’acheter un panty de contention pour porter juste après l’opération (pour empêcher tout œdème et éviter tout risque de phlébite).

Il est par ailleurs conseillé d’arrêter de fumer (pour les personnes concernées) 1 mois avant l’opération, afin d’optimiser la cicatrisation, même si le tabac n’est pas contre-indiqué.
Et il ne faut absolument pas prendre d’aspirine durant les 10 jours précédant l’intervention.
Mais encore, suivant le type d’anesthésie retenu, le patient pourra être amené à ni manger ni boire dans les 6 heures avant l’intervention. Il faut savoir également que cette opération esthétique n’est pas conseillée aux adolescents, aux femmes sous pilule, aux personnes souffrant d’obésité et aux grands fumeurs, car les risques d’embolie pulmonaire et de phlébite sont alors très importants.

L’opération et ses suites

Lors de la lipoaspiration, le chirurgien esthétique va pratiquer des micro-incisions de 2 à 5 mm cachées dans les plis naturels, puis glisser une canule sous la peau et aspirer la graisse en surface et en profondeur.
Cette intervention dure entre 20 minutes et 2 heures environ (2 heures pour les cuisses ou le ventre, 1 heure pour la culotte de cheval et 30 minutes pour les genoux).
Dès la fin de l’intervention, le chirurgien va enfiler le panty de compression au patient pour diminuer les œdèmes post-opératoires.
La patient est alors hospitalisé une journée pour une liposuccion légère (entrée à l’hôpital le matin et sortie le soir), mais si le volume de graisse retiré est plus élevé, et en cas d’anesthésie générale, une nuit d’hospitalisation sera nécessaire.

Concernant les suites de l’intervention, comme pour toute autre chirurgie, la lipoaspiration comporte des risques et peut entraîner notamment des complications veineuses (phlébite) ou des complications liées à l’anesthésie (allergie, choc, infection). C’est pourquoi il est important de choisir un chirurgien esthétique renommé, compétent, inscrit à l’ordre national des médecins, et qui a l’habitude de pratiquer ce genre d’intervention. Par ailleurs, après sa chirurgie, le patient doit porter son panty de contention pendant 3 jours, jour et nuit (afin de limiter les ecchymoses et l’œdème), puis pendant 3 semaines à 1 mois, durant la nuit seulement. Il ressent généralement de grosses courbatures durant 1 semaine, mais il peut prendre des antalgiques et des calmants pour atténuer ses douleurs.

Il faut savoir que la lipoaspiration n’abîme pas la peau et qu’elle est radicale et définitive (la graisse part et ne revient pas). Il est toutefois recommandé de se faire masser 15 jours après l’intervention (avec un palper-rouler et un drainage lymphatique) et d’éviter les sports trop violents durant 1 mois. Il faut plutôt reprendre en douceur une activité sportive douce (stretching par exemple), tout en évitant l’exposition au soleil jusqu’à disparition complète des ecchymoses. Le coût de cette chirurgie esthétique varie d’environ 2000 euros (une zone) à 4000 euros (4 zones) et dépend de la technique employée et du nombre de zones à traiter. La Sécurité Sociale et les mutuelles ne prenant pas en charge ces frais esthétiques, un devis est donné au patient lors de sa première consultation. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre professionnel en ligne…

Pour en savoir plus :

Articles en relation